Les acteurs de la communauté éducative échangent sur la gouvernance des fonds scolaires « ATELIER DE RENFORCEMENT DE CAPACITES DE YAOUNDE »

 En vue de favoriser une meilleure mobilisation et gestion des fonds scolaires en contexte de décentralisation dans la région du Centre Cameroun, NDH Cameroun a organisé un atelier de formation à l’attention des acteurs de la communauté éducative les 23 et 24 janvier à Yaoundé.   

A la suite d’une étude de terrain qui a permis de faire un état de lieu sur la gouvernance des fonds scolaires en contexte de décentralisation au Cameroun, NDH-Cameroun a organisé, les 23 et 24 janvier 2015 à Yaoundé, un atelier de renforcement de capacités des acteurs de la communauté éducative sur le droit à l’éducation et la gouvernance des fonds scolaires. Cet atelier s’inscrivait par ailleurs dans le cadre du projet «Notre argent, notre responsabilité», mis en œuvre en partenariat avec l’Association AIKAPRODHOMP et bénéficiant du soutien financier du Programme d’Appui à la Société civile (PASC) dans le cadre de la coopération Cameroun – Union Européenne.

Une cérémonie solennelle d’ouverture très courue…

La cérémonie d’ouverture de l’atelier s’est tenue le 23 janvier 2015. Les travaux prévus dès 09h ont débuté autour de 09heures 30 minutes, avec l’arrivée du représentant du Ministère de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation (MINATD). Au total 77 personnes ont répondu présents à l’invitation de NDH. Parmi ces personnes, les représentants du MINEDUB, du MINMAP, Pr. Momo Bernard, Coordonnateur, du Programme National de Gouvernance au Cameroun (PNG), les représentants des communes, Inspections d’éducation de base, le corps enseignants (Directeurs, Enseignants, etc.), les Responsables d’APEE et les parents d’élèves. Etaient aussi présents les journalistes, les représentants de l’UNICEF, du PASC et de certaines organisations de la société civile telles que ASSOAL, CIPAD, DHI-Bafia, La Plate Forme DESC etc. Sous la modération du Dr Hilaire KAMGA, la cérémonie a été ponctuée par la reprise en cœur de l’hymne national, suivi de discours de circonstance dont celui de NDH-Cameroun, du représentant du PASC, du Délégué Régional du Centre du Minedub et celui du MINATD. Cette cérémonie a aussi été marquée par la présentation du projet Fonds Scolaires et de la synthèse des grandes lignes du rapport de d’étude sur la gouvernance des fonds scolaires animée par Cyrile Rolande BECHON, Directrice de NDH-Cameroun. Elle s’est achevée après l’introduction de la leçon inaugurale du Pr Claude ABE.

Une forte participation et des thèmes pertinents développés par des experts de qualité

Au total, quarante sept (47) personnes ont activement participé aux deux journées de travail. Ces derniers étaient les représentants des mairies, d’inspections d’arrondissements de l’éducation de base, d’établissements primaires publics, les responsables d’APEE, d’organisations spécialisées sur le droit à l’éducation et les parents d’élèves.

C’est le Pr Claude ABE, Enseignant des universités qui va ouvrir le bal des communications avec la suite de la leçon inaugurale sur le thème « financement de l’éducation de base en contexte de décentralisation au Cameroun : contenu, acteurs, rôles et responsabilités ». La deuxième communication a été animée par Monsieur Faustin MEDJO, cadre au Ministère des Marchés Publics et portait sur « réalisation de projets divers et gestion du paquet minimum dans les établissements en contexte de décentralisation ». La troisième communication animée par le Dr MBEYAP de l’Université de Yaoundé 2, portait sur le thème « comprendre le droit à l’éducation : cas du Cameroun ». La quatrième communication était relative au « droit à l’éducation et au financement de l’école au Cameroun : synergie d’action entre Etat et parents sous le prisme de l’APEE ». C’est Monsieur SIAKEU Gabriel, Sous directeur des activités post et péri scolaires au MINEDUB qui a entretenu les participants à ce sujet. La Directrice de NDH-Cameroun, Madame Cyrile Rolande BECHON, s’est aussi joint aux autres intervenants dans cet exercice, en animant le cinquième et dernier module d’enseignement sous le thème « redevabilité et reddition de comptes dans la mobilisation et gestion des fonds scolaires : pour qui ? Pour quoi ? Comment ? Exemple du projet fonds scolaires ».

 

Une approche participative marquée par des échanges constructifs…

C’est avec beaucoup d’attention que les participants ont suivi  les travaux. L’approche participative adoptée par le modérateur de l’atelier a permis aux différents participants de s’exprimer librement sur des thèmes divers en rapport avec la thématique centrale. Ainsi de la gratuité de l’enseignement primaire au Cameroun à la décentralisation en passant par la question des APEE, les indélicatesses dans la gestion des fonds scolaires, etc. aucune question n’était taboue. Ceci a faciliter la confrontation des textes aux réalités du terrain,  mais a aussi permis aux différents acteurs concernés d’apporter des éclaircis/suggestions/remarques face aux défis qu’ils rencontrent au quotidien dans la mobilisation et gestion des fonds scolaires. Par ailleurs, les travaux de groupe ont permis de s’appesantir sur des points précis liés à la mobilisation et gestion des fonds scolaires en contexte de décentralisation au Cameroun. Enfin, un Conseil Consultatif Indépendant de Suivi des Fonds Scolaires (CCISFSCO) a été mis sur pied.

Une satisfaction partagée au finish et de nombreuses perspectives en vue

Au terme de l’atelier  de Yaoundé, la Directrice de NDH-Cameroun, Cyrille Rolande BECHON, a témoigné sa satisfaction pour l’ambiance entretenue entre les participants et les résultats obtenus. Les participants quant à eux, en sont sortis satisfaits et outillés en vue de l’amélioration de la transparence dans la gestion des fonds scolaires comme, le montre si bien les fiches d’évaluation de l’atelier.

Toutefois, cet atelier ne constitue qu’une étape  du «projet notre argent, notre responsabilité». S’il est indéniable qu’il a apporté de nombreux éléments importants pour sa compréhension et déterminant pour sa continuité, il n’en demeure pas moins que beaucoup reste encore à faire. L’atelier de Bafoussam prévu pour les 30 et 31 Janvier permettra sans doute d’enrichir davantage le projet (avec les particularités de la région de l’Ouest), ceci en vue d’une  campagne de plaidoyer pertinente pour une Education de Base pour tous au Cameroun.

Yaoundé, le 10 Février 2015.

 Pour plus d’informations sur l’atelier régional de Yaoundé, bien vouloir consulter le rapport de l’atelier sur le site de NDH Cameroun www.ndhcam.org.