COMMUNIQUE N°12/ NDH /2017 ENLÈVEMENT AVORTE DE LA DIRECTRICE EXÉCUTIVE DE NDH-CAMEROUN

PORTE A L’ATTENTION DE LA COMMUNAUTÉ NATIONALE ET INTERNATIONALE

Qu‘en date du 22 Août dernier, la Directrice Exécutive de la branche camerounaise de l’ONG internationale Nouveaux Droits de l’Homme (NDH Cameroun), Mme Cyrille Rolande BECHON, s’est rendue, après plusieurs tentatives sans succès, à l’Agence de Yaoundé de United Parcel Service (UPS), une entreprise postale dont le siège est à Atlanta aux Etats-Unis, à l’effet de procéder au retrait d’un courrier expédié par Amnesty International depuis Dakar;

Qu’y étant alors qu’elle procédait à des formalités d’usage, elle a échappé, de
justesse, à un enlèvement par des individus étrangers au service, probablement des
agents de renseignements camerounais et qui, au terme des échanges et des appels
téléphoniques de manière répétée pour obtenir la conduite à tenir de leur
hiérarchie, n’ont pas réussi à conduire Mme Bechon à leur « destination »;

Qu’une fois le coup raté, les commanditaires de ce sale besogne ont obtenu du
Préfet du Mfoundi, l’administrateur civil principal retraité depuis des années, Jean
Claude TSILA, une décision N°000066 en date du 23 Août 2017, donnant des
injonctions au responsable du Commissariat Central N°1 de la ville de Yaoundé, le
Commissaire de Police principal Joseph HANDY LIKOUNG, de « Procéder, pour
des nécessités de préserver l’ordre public, à la saisie des 20 exemplaires du
rapport intitulé : «
Chambres de torture secrètes au Cameroun : violations des
droits humains et crimes de guerre dans la lutte contre Boko Haram », logés dans
les locaux de la société UPS et destinés à Mme Cyrille BECHON de NDH
» et d’ « interpeller et déférer par devant le Procureur de la République tout
contrevenant à l’exécution de la présente réquisition
»;

Qu’au journal télévisé de 20h sur Vision 4 du 24 aout 2017, le présentateur Jean
Jacques ZE, a foulé au pied les principes de base du journalisme, pour parler d’une
cargaison de documents en insinuant qu’Amnesty International a été pris la main
dans le sac avec ses relais nationaux notamment la « Directrice d’Amnesty au
Cameroun » (titre attribué à Mme Bechon dans cette manœuvre) ;

Que l’UPS viole ainsi GRAVEMENT la Notice d’information sur ses pratiques en
matière de vie privée, entrée en vigueur le 4 mars 2016 et selon lequel « Nous
maintenons des dispositifs de protection administratifs, techniques et
physiques conçus pour protéger les informations personnelles que vous
fournissez contre toute destruction, perte, modification, accès, divulgation ou
utilisation accidentels, illégaux ou non autorisés
» ainsi que des Conditions
Générales de Transport UPS 2017 pour ce qui est de la Protection des
informations personnelles;

Que le transport des colis internationaux est régi par la « Convention de Varsovie
» qui est la Convention pour l’unification de certaines règles relatives au Transport
aérien international, signée à Varsovie, le 12 Octobre 1929, la Convention de
Montréal
de 1999 et l’Accord relatif au transit des services aériens internationaux
de Chicago dont le Cameroun a tous ratifié ;

Que l’obligation de service postal universel exécuté par les opérateurs des réseaux
et services postaux consiste en la fourniture du service postal de base, telle que
défini par les actes de l’Union postale universelle;

Que la Loi N° 2006/019 du 29 décembre 2006 régissant l’activité postale au
Cameroun reprime ces déviances notamment en son Article 38 : « Est puni des
peines prévues à l’article 300 du code pénal, celui qui, participant au
fonctionnement d’un service postal, viole le secret de la correspondance,
détruit ou détourne la correspondance d’autrui
» et l’Article 39 : « Est puni des
peines prévues à l’article 310 du code pénal, celui qui divulgue, publie et/ou
utilise, sans l’autorisation de l’expéditeur ou du destinataire, le contenu d’une
correspondance
».

Eu égard à tout ce qui précède, NDH Cameroun :


Condamne, avec la toute dernière énergie, cette tentative d’enlèvement de la Directrice
de NDH-Cameroun;

Regrette sincèrement cette fébrilité des pouvoirs publics et cette escalade inadmissible
dans la répression des défenseurs des droits humains;

Réitère, avec détermination, son adhésion totale au rapport d’Amnesty
International publié le 20 juillet 2017 et qui rassemble des informations sur 101 cas
de détention au secret et de torture qui auraient eu lieu entre 2013 et 2017 sur
plus de 20 sites différents, à défaut d’une commission d’enquête indépendante
pour vérifier les faits;

Lance, à nouveau, une sévère mise en garde à certains fonctionnaires zélés et
véreux contre certaines pratiques rétrogrades qui ne servent aucunement la cause

de la République;
Exige, avec insistance, à UPS de prendre les mesures urgentes et nécessaires pour
réparer le préjudice ainsi causé.


Pour toute information complémentaire, bien vouloir nous contacter aux adresses suivantes:
Email :
ndhcam@yahoo.fr

Ou       secretariatndh@ndhcam.org

Ou       Tél : 242 01 12 47

      La Responsable Administrative et de la Communication